La méthode Bates pour améliorer sa vue

La méthode Bates pour améliorer sa vue

14 septembre 2018 2 Par Vincent

Déjà citée dans mon article précédent Améliorer sa vision naturellement: mythe ou réalité?, la méthode Bates est la mère de toutes les autres méthodes de rééducation naturelle de la vue.

La méthode Bates repose sur un principe très simple: avoir une bonne vue est l’état naturel de chaque être humain. Tout problème de vue, quel qu’il soit, est dû à une tension.

Bien que celle-ci puisse être ressentie au niveau purement oculaire, elle tirera toujours son origine d’un stress mental, d’émotions reliées à nos expériences présentes ou passées.

Comme l’avait observé le Dr Bates, la vision fluctue de manière importante au cours d’une même journée. L’activité pratiquée, la fatigue, l’état émotionnel sont autant de facteurs ayant une influence sur la vue.

Toutes les activités élaborées par le Dr Bates ont donc pour but de permettre au mental de retrouver un état de calme et de relâcher naturellement ses tensions.

Pour rappel, la méthode Bates se base sur cinq principes fondamentaux:

  1. la relaxation
  2. la lumière
  3. le mouvement
  4. la mémoire et l’imagination
  5. la fixation centrale


Relaxation et repos

On associe souvent relaxation à repos, qui est le contraire de l’activité. Cette définition est erronée, n’importe quelle activité pouvant être accomplie de manière parfaitement relaxée. Le contraire de la relaxation est la tension, un état dans lequel la personne est crispée autant physiquement que psychologiquement.

La tension engendre fatalement un état de fatigue et de lassitude générale. L’énergie vitale est ainsi dilapidée alors qu’elle pourrait d’être utilisée pour d’autres activités utiles.

Parallèlement aux activités proposées par la méthode Bates, la pratique de la méditation, du yoga ou de toute autre discipline favorisant la relaxation du corps et de l’esprit peut se révéler extrêmement bénéfique pour la vision.

Une recherche de soi approfondie révélera peut-être qu’un travail plus en profondeur s’avère nécessaire. Dans ce cas, la prise de fleurs de Bach, voire des séances de gestalt thérapie, de thérapie reichienne ou de toute autre approche appréhendant tous les aspects de l’individu (physique, psychique, émotionnel…) pourrait également l’aider à retrouver un équilibre global.


La lumière

Un des points sur lequel les ophtalmologues et les personnes pratiquant la rééducation naturelle de la vue sont d’accord, c’est que les yeux ont besoin de lumière naturelle.

La raison principale donnée par le milieu médical pour expliquer la soudaine augmentation de myopie de ces dernières années est le manque de lumière solaire.

Le manque de lumière prolongé peut conduire à la dépression, phénomène bien connu des pays nordiques, où les journées hivernales n’offrent parfois que trois à quatre heures de soleil quotidiennes.

Une des activités-clé de la méthode Bates, le sunning, consiste à regarder le soleil -voire le ciel couvert – les yeux fermés.

Privilégiez donc une promenade en forêt à un après-midi télé ou une partie de foot à l’extérieur plutôt que sur votre Playstation, vos yeux vous en seront infiniment reconnaissants!


Nos yeux, toujours en mouvement

Les yeux sont constamment en train d’effectuer de minuscules mouvements saccadiques invisibles à l’oeil nu.

Ce mouvement est naturel chez les gens ne souffrant pas de troubles de la vision. Par contre, les personnes ayant pour habitude de “vivre dans leur tête” en réfléchissant à tout et rien, ressassant leur douleurs passées et anticipant un futur inquiétant risquent fort de connaître une baisse de leur acuité visuelle.

Dans un tel cas, les yeux, privés de stimuli externes, connaissent un ralentissement de leurs mouvements saccadiques, débouchant sur une crispation accrue.

Cette situation est souvent le début du cercle vicieux de la détérioration de la vue: plus l’acuité visuelle empire, moins la personne s’intéresse au monde extérieur, ce qui l’amène à utiliser de moins en moins ses yeux, et ainsi de suite.


La mémoire et l’imagination

La mémoire et l’imagination jouent un rôle prépondérant dans le mécanisme de la vision. Bien que l’oeil soit l’organe récepteur de la lumière, le cerveau se chargera d’interpréter l’image reçue en fouillant parmi les millions de données stockées tout au long de la vie de l’individu.

Une vision intérieure claire est donc le début d’une bonne vision globale. Visualiser un objet de manière parfaitement nette aidera la vision extérieure à s’adapter à la vision intérieure. A force de répétitions, l’image de l’objet flou laissera la place petit à petit à une image plus nette.

Une des caractéristiques de l’esprit est qu’il est incapable de se focaliser sur deux choses à la fois. Se remémorer ou imaginer des scènes plaisantes procurera une grande détente pour l’esprit tout en empêchant celui-ci se concentrer sur les problèmes de la vie.

Cet entraînement de visualisation devrait vite porter ses fruits et amener plus de clarté à votre vision.


La fixation centrale

Le concept de fixation centrale repose autant sur des bases anatomiques que neurologiques. Pour bien comprendre cet aspect fondamental de la méthode Bates, il est nécessaire de se rappeler la structure de la rétine, expliquée dans mon article précédent sur la vision.

Pour résumer, la rétine a un point de sensibilité maximale en son centre, appelé la fovea centralis. La vision devient de moins en moins perçante à mesure qu’on s’éloigne de ce centre.

La fovéa centralis a donc une présence physique réelle sur la rétine et quel que soit l’état de la vue – à l’exception de dommages physiques – ce point est toujours présent et capte toujours la lumière.

Lorsque la vue est normale, le centre du champ visuel est richement détaillé et facile à “nourrir”. L’intérêt de l’esprit est continuellement récompensé par des informations spécifiques et ciblées. Les formes, les couleurs, le mouvement, la profondeur sont autant d’éléments stimulant nos yeux et notre cerveau.

Il s’ensuit que le processus de «fixation centrale» devient aussi facile et naturel que de respirer.

Lorsque la vue est anormale, le centre du champ visuel est invariablement indistinct. Il ne fournit plus suffisamment de détails stimulants pour l’esprit, compromettant alors la coordination entre l’œil et l’esprit. Pour pallier à ce manque de stimulation, l’esprit se met alors à vagabonder, laissant les yeux « orphelins ».

Comme vous l’aurez compris, la fixation centrale ne concerne pas uniquement le centre de votre vision, ni uniquement la vision: la fixation centrale concerne par définition l’équilibre du champ visuel et l’équilibre de l’esprit: ce qui est au centre clairement distinct et discernable de ce qui n’est pas central.


Être présent

En d’autres termes, la capacité à être dans “l’ici et maintenant” est une composante essentielle de la méthode Bates.

Comme indiqué dans le paragraphe précédent, le monde extérieur est rempli de stimulations diverses dont nos yeux se nourrissent.

Cette perception ne peut se faire que si la vue et l’esprit travaillent de concert. Par conséquent, une trop forte activité mentale va irrémédiablement éloigner la personne du moment présent.

La connexion entre les yeux et l’esprit sera alors partiellement interrompue, créant ainsi un terrain parfait pour une détérioration de l’activité visuelle.


Les lunettes, des béquilles (souvent) pour la vie

Depuis déjà quelques décennies, la réponse à l’apparition d’un problème de réfraction (myopie, hypermétropie, presbytie…) est le port de lunettes ou de lentilles de contact.

Contrairement aux autres prothèses utilisées uniquement durant la période de rééducation indiquée, les lunettes sont généralement utilisées sans délai de prescription.

Au contraire, leur utilisation nécessite de remplacer régulièrement les verres pour d’autres plus forts et ce, sans espoir de retrouver un jour une meilleure vue.

Examinons ce point de plus près. Comme mentionné plus haut, la vue connaît des fluctuations constantes causées par divers facteurs internes et externes.

De ce point de vue, l’observation de notre propre vision pourrait donc nous servir de feedback quant à notre état émotionnel. Une vue brouillée constituera un signal d’alarme nous sommant à examiner la source de stress en nous et la désamorcer.

De ce fait, les lunettes  “figent” la vue de la personne qui les porte, le maintenant dans l’état de stress dans lequel elle se trouve.

De plus, elles perturbent la fixation centrale: le verre permettant à l’oeil de voir tout de manière également claire, le porteur de lunettes perd petit à petit son habileté à bouger ses yeux pour percevoir un objet depuis le centre de sa rétine. Cela provoquera une diminution des mouvements oculaires, avec les conséquences désastreuses que l’on sait.


Les lunettes pour l’oeil ou l’oeil pour les lunettes?

Les porteurs de lunettes connaissent bien la sensation désagréable suivant un changement de monture: la vue est trouble, les lignes droites sont courbes, les yeux donnent l’impression de sortir de leur orbite. La réponse habituelle des opticiens est que l’oeil doit s’adapter aux nouveaux verres.

L’oeil doit s’adapter aux verres? Ne seraient-ce pas les verres qui doivent être adaptés à l’oeil? Des chaussures faites sur-mesure sont-elles censées être une pointure trop petite jusqu’à que le pied se soit adapté à la chaussure?

Il est temps de se défaire de l’idée véhiculée depuis plus d’un siècle par une majorité de professionnels de la vue, affirmant que la vue de chacun ne dépend que de facteurs génétiques et ne peut être corrigée naturellement.


Prendre soin de soi pour améliorer sa vue

Peu importe ses convictions concernant les problèmes de vue, tout le monde s’accorde à dire que l’épidémie de myopie touchant de plus en plus de gens est due en tout cas en partie à notre mode de vie actuel.

Le temps passé dans un bureau ou à l’école, couplé à une pression grandissante et un stress chaque jour renouvelé sont autant de facteurs dommageable à la vue, et à bien d’autres aspects de notre existence.

De ce point de vue, la méthode Bates ne constitue pas seulement une alternative pour améliorer son acuité visuelle mais offre également un cadre dans lequel la personne peut mieux se connaître et revenir à un fonctionnement global plus sain.