La vie des maîtres

La vie des maîtres

9 juillet 2018 0 Par Vincent

La vie des maîtres est le récit d’une expédition réalisée par une équipe de scientifiques américains à la fin du 19e siècle. Le groupe, composé de 11 personnes, était emmené par Baird D. Spalding, l’auteur de ce livre.

Rencontre avec les maîtres

En Inde depuis bientôt deux ans, Spalding fit la connaissance d’Émile lors d’une promenade. Etonné par certaines capacités du personnage, Spalding se mit à questionner Émile.

Ce dernier énuméra alors certaines de ses facultés au demeurant extraordinaires pour le commun des mortels. Il expliqua également que lesdites facultés étaient tout à fait naturelles chez un être humain et que n’importe qui pouvait accomplir les mêmes choses que lui.

S’étant lié d’amitié avec le groupe de scientifiques, Émile les aida à maintes reprises dans leur travail, si bien qu’il prirent l’habitude de se joindre à lui.

Par la suite, Émile présenta certains de ses amis au groupe et ensemble, ils entreprirent de nombreuses expéditions à travers l’Inde, le Népal et le Tibet. Tout comme Emile, ses amis possédaient des capacités extraordinaires et n’hésitaient pas à les utiliser si nécessaire.

La vie des maîtres relate donc les nombreuses expériences incroyables dont les scientifiques furent témoin durant ces expéditions, en commençant par la première d’entre elle :

 

Dématérialisation et ubiquité

Les scientifiques décidèrent d’entreprendre une expédition qui devait durer cinq jours. Émile leur annonça qu’il les retrouverait à leur point de destination, leur moyen de locomotion étant trop lent pour lui.

Quelle ne fut pas la surprise des scientifiques à leur arrivée lorsqu’ils trouvèrent Émile qui les attendait, quand bien même ils avaient emprunté le chemin le plus court!

C’est là que les scientifiques apprirent que les maîtres ne sont limités ni par le temps ni par l’espace. Il sont donc capables de se matérialiser n’importe où en un instant.

C’est précisément le moyen qu’Émile avait choisi pour retrouver les scientifiques. De plus, il avait dédoublé son corps: certains membres du groupe restés sur place affirmèrent qu’Emile n’avait pas quitté le village d’où étaient parti leurs amis cinq jours auparavant!

Ce phénomène est également relaté plus tard dans le récit. Les maîtres « déposent » un corps devant les villages afin de les protéger d’animaux sauvages pendant qu’ils vaquent à leurs occupations avec leur “double”!

 

Le pouvoir du JE SUIS

Tous les actions extraordinaires des maîtres se réalisent  par le biais de ce qu’ils nomment le JE SUIS, le Dieu intérieur.

Le JE SUIS possède un pouvoir total sur la matière, qu’il contrôle à sa guise. C’est grâce au  pouvoir illimité du JE SUIS que les maîtres sont capables d’accomplir des miracles très similaires à ce qu’avait réalisé le Christ en son temps (celui-ci est d’ailleurs souvent mentionné dans le livre): télépathie, lévitation, matérialisation de n’importe quel objet (nourriture, vêtements, argent, etc.), guérison des malades, rien ne leur est impossible.

 

Victoire sur la mort

Les maîtres sont également capables de régénérer leurs cellules à volonté, si bien qu’il ne connaissent pas la mort. Selon eux, le vieillissement est un processus pas naturel et tout à fait évitable.

La peur, la haine, la négativité et toutes les pensées sans amour sont les seules responsables de notre décrépitude.

A l’inverse, les pensées d’amour et de joie donne accès à ce potentiel illimité dont ils font usage en permanence.

 

La vraie loi

Selon les maîtres, rien de miraculeux là-dedans: tout obéit à une loi très précise et scientifique. Il suffit de comprendre et d’appliquer cette loi pour obtenir notre maîtrise parfaite de manière totalement naturelle.

La première chose à faire est d’accepter le fait que Dieu  est en nous, et nous en lui. En tant que fragments du divin, nous avons pouvoir sur toute chose.

Malheureusement, nous n’utilisons pas ce pouvoir, pensant être séparé de Dieu. Agissant de manière égoïste, fascinés par les biens matériels, nous en oublions notre essence et notre unité fondamentale avec toute vie.

Les maîtres comparent cet état d’inconscience profonde à de l’auto-hypnose.Toutes nos limitations sont dues à notre conviction de ne pas pouvoir accomplir les mêmes miracles que les maîtres.

Dieu n’est pourtant pas séparé de nous, il est en nous et tout autour de nous, prêt à répondre à n’importe laquelle de nos demandes. Comme disait Jésus, “Celui qui croit en moi fera les oeuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes. »

En gardant ses pensées fixées sur son Dieu intérieur, bannissant de sa conscience toute idée d’imperfections et n’exprimant que la perfection en terme de mots, d’actions et de pensées, l’individu élèvera son taux vibratoire jusqu’à se fondre en la divinité omniprésente et retrouver son état de perfection naturel.

Lorsque l’homme s’est totalement lié avec le divin en lui, il ne connaît plus aucune limite. Dans cet état naturel de grâce, n’importe quel désir peut se manifester instantanément.

Cependant, Dieu n’interfère pas avec le libre arbitre de l’homme. Celui-ci peut donc choisir d’ignorer sa nature divine et suivre ses instincts les plus primitifs, aussi destructeurs soient-ils. Par contre, il devra subir la conséquence de ses actes, comme le veut la loi universelle.

 

Un Dieu pour tous

Les religions ont une grande part de responsabilité dans ce processus d’apparente séparation. Elles ont créé un dieu extérieur à nous et fixé un cadre de règles rigides à suivre à tout prix, sous peine de subir les foudres du ciel. L’idolâtrie est un facteur déterminant dans le processus de séparation, faisant ainsi chuter l’être humain de son piédestal.

Les maîtres, eux, prêchent une religion universelle: point de dieu hindou, juif ou chrétien, mais un Dieu unique présent en chacun de nous.

 

Incarner Dieu

À l’instar  du Docteur Edward Bach, Eileen Caddy et de bien d’autres guides spirituels, le message des maîtres est simple: chaque être humain est un dieu capable de réaliser des prouesses extraordinaires. Il doit seulement accepter ce fait et en devenir l’incarnation.

La source de toute création, la somme de toute intelligence est en nous. Il est donc vain d’aller chercher quoi que ce soit à l’extérieur: toute connaissance, toute information, tout pouvoir se trouvent en nous.

 

Conclusion

La vie des maîtres est, à ma connaissance, le premier livre sur le sujet écrit par un occidental. Les miracles décrits dans l’ouvrage laissent rêveur et encourageront les plus vaillants à se lancer dans l’aventure de la conquête de soi.

Au vu des possibilités latentes dans chacun, le jeu en vaut clairement la chandelle!